Les meilleurs artistes de la scène française

artistes - B

BAGOT Yann

BAGOT Yann

Yann Bagot est né en 1983. Il vit et travaille à Paris, et dès que possible dans des territoires naturels.

Diplômé de l'Ensad Paris en 2008, il travaille le dessin, l’encre, la gravure et le livre d’artiste.  Sa démarche repose sur un aller et retour entre des séances de travail en plein air, au coeur des éléments naturels, et la conception d’images en atelier, inspirées par l'aventure scientifique et le déploiement des forces de la nature. Il expose régulièrement ses créations lors d'expositions personnelles ou collectives en France, en Europe et en Asie, notamment à la We Gallery à Shenzhen, la Galerie Less is More Paris, à l'Institut de France - Académie des Beaux Arts Paris, à la Fondation Vasarely ou encore l'Abbaye d'Auberive.

Parallèllement à ses créations personnelles, il dessine aux sein du collectif d'artistes Ensaders, avec lequel il expose, participe à des performances de dessin improvisé au cours de concerts de jazz et conduit de nombreux workshop de dessin, notamment au Centre Georges Pompidou, au Palais de Tokyo, à la fondation Vuitton ou encore au Louvre.

"J’éprouve une fascination intense pour les mystères du monde naturel. Au cours de séances de dessin en plein air ou dans le refuge de mon atelier, je tente de les représenter.
A l'air libre, dans des espaces naturels, mes recherches portent sur la représentation du paysage. Je dessine par tous les temps, en toute saison, en extérieur. J'affectionne particulièrement de dessiner le littoral marin et les interactions qui le sculptent. Les paysages sont les empreintes de forces qui se dérobent souvent à notre perception. J'emploie les éléments et les phénomènes naturels qui m'entourent afin d'approcher la singularité des espaces : le flot, la pluie, la lumière solaire, le froid, la nuit agissent sur mes encres et sont les acteurs de mes dessins.  De retour dans mon atelier, nourri par ces bains d'expériences physiques et de méditations actives, je ressens l'attraction qu'exercent sur moi les domaines naturels qui me sont inaccessibles. Les possibilités du dessin m'en ouvrent les portes et me laissent libre de visiter l'insondable lors de visions abyssales, géologiques, atmosphériques ou glaciaires, mobilisées par les cycles de la matière."

Découvrir
Balmet Gilles - Silver mountains

Silver mountains

Ajouter à mes favoris
Balmet Gilles

Balmet Gilles

Gilles Balmet est né en 1979 à Grenoble. Il vit et travaille à Paris depuis 2004. Il est diplômé de l'Ecole supérieure d'art de Grenoble en 2003. Il expérimente dans ses ateliers de nouveaux modes de création d'images situées à la frontière entre abstraction et représentation paysagère. Il crée des œuvres picturales ou dessinées réalisées à partir de protocoles précis laissant une place à l'aléatoire et à sa maîtrise. Il a déjà réalisé plus d'une dizaine d'expositions personnelles dans des centres d'art contemporain, en Musées et en galeries. Il a été un des nominés au Prix Ricard en 2006. En 2010, il a séjourné six mois à Kyoto et dans le reste du Japon. Gilles Balmet a exposé son travail en France et à l'étranger : au Musée d'art contemporain de Lyon, au FRAC Champagne-Ardenne de Reims, au Musée du Petit Palais à Paris, au Musée Géo-Charles d'Échirolles, à la Fondation d'entreprise Ricard ou au Palais de Tokyo à Paris, au Musée Régional d'Art Contemporain de Sérignan, à La Panacée à Montpellier, à L'Institut Franco-japonais du Kansaï de Kyoto, ou encore dans une programmation vidéo à Los Angeles. Il a réalisé en 2006 un ensemble de vitrines pour Hermès dans huit villes d'Italie. Gilles Balmet travaille depuis 2008 avec la galerie Dominique Fiat à Paris où il vient de réaliser sa quatrième exposition personnelle, Under the cherry moon. Il a été nommé en 2012 professeur à l'Ecole supérieure des beaux arts de Montpellier. Il a réalisé une œuvre monumentale pérenne pour le hall d'accueil de la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine de Charenton-le-Pont.  Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques et privées.

"[...] Formé à l'Esad de Grenoble, où il a eu pour professeur Joël Bartoloméo et Ange Leccia, ce plasticien s'est d'abord exercé à la vidéo avant de se focaliser sur la peinture et la photographie. Dans son atelier grenoblois, l'artiste crée des peintures qui se forment au gré d'expériences : par des protocoles de travail (papier plongé dans des bacs d'eau, gestes répétitifs, maculages...), il invente des images qui, en rappelant la révélation photographique, baignent dans l'entre-deux de l'abstraction et de la représentation paysagère. Adepte de la "culture du hasard", Gilles ne refuse pas les lectures évidentes de ses œuvres ( d'aucuns y voient des chutes d'eau ou des montagnes), pour autant il préfère ne pas trop les définir afin qu'elles gardent leur mystère, agissant ainsi sur le regardeur en tant que surface de projection. [...]" Vincent Delaury 

Découvrir
Ben Hassine Wissem - Sans Titre 001

Sans Titre 001

Ajouter à mes favoris
Ben Hassine Wissem

Ben Hassine Wissem

Wissem Ben Hassine est né en 1976 à Menzel Temime, en Tunisie. Il se passionne pour la peinture et le dessin dès son enfance. Diplômé de l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Tunis en 2001, il enseigne l’art du dessin à l’Ecole Supérieure des Arts et Métiers à Kairouan (Tunisie) entre 2005 et 2006.
D’abord résident au Centre des Arts Vivants de Rades (Tunisie) entre 2005 et 2006, puis à la Cité Internationale des Arts à Paris entre 2007 et 2008, il vit désormais à Paris.
Cet artiste plasticien a également exposé ses œuvres en Allemagne, en Espagne et aux Emirats-Arabes.

 « Par des traits qui se propagent en constellations ombrées, l’artiste tunisien Wissem Ben Hassine exprime les profondeurs et la complexité de la nature humaine. Il aborde des thématiques que l’humanité a en partage : l’enfance, la famille, la maternité, l’avenir, l’espace intime. Si ses oeuvres résonnent comme un potentiel d’avenir où l’enfant trouve une place de choix, elles présentent aussi une dualité tant par la facture que par les sujets traités. Sa technique principalement par l’usage de l’encre de Chine manifeste une certaine radicalité de l’expression artistique, entre brutalité, sobriété et subtilité. Imprégnant d’eau la toile brute, le dessin se fait précis puis l’encre fuse et se développe dans l’espace sous l’impulsion du geste de l’artiste. En dernier lieu, divers repentis blancs stabilisent ce flux d’énergie et illuminent les personnages dans l’espace. Le corps, souvent féminin est omniprésent car il structure l’espace et le construit. Il s’amalgame parfois pour créer des mondes représentés sous la forme de bulle ou d’oeuf, tel un état embryonnaire signe d’une vie future. C’est toute la complexité de la nature humaine qui surgit dans son oeuvre, entre douceur et dureté, bonheur et tristesse. Son oeuvre a été exposée tant en France qu'à l’étranger. »

Par Véronique Perriol

Découvrir
Benetto Eric - Sans Titre (BEN015)

Sans Titre (BEN015)

Ajouter à mes favoris
Benetto Eric

Benetto Eric

Eric Benetto est né en 1972. Lorsqu’il découvre, en 1989, l’affiche de l’exposition des œuvres du mineur médium Augustin Lesage, Eric Benetto - qui pratique déjà la méditation - comprend qu’il est possible de donner forme à ses visions, de les transmettre. Sa rencontre avec l’Abbé Coutant, devenu peintre grâce à son ami Chaissac, lui confirmera qu’il appartient à cette famille de créateurs. Il exerce, entre deux voyages en Inde, et tout en continuant à dessiner, les métiers les plus divers : cantonnier, sondeur téléphonique, gardien d’usine chimique … Ses œuvres, empruntes d’un mysticisme sourd, fascinent par l’oscillation permanente entre les formes surgies d’une tache et celles, comme récitées, qui chantent en canon l’air entêtant de ses Cosmic Songs et ses Love Songs.

Découvrir
Bordeau Anastassia - Mona Lisa du 21ème siècle

Mona Lisa du 21ème siècle

Ajouter à mes favoris
Bordeau Anastassia

Bordeau Anastassia

Anastassia Bordeau est née à Moscou en 1979. Elle vit et travaille à Paris où elle a été diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts en 2003 (Ateliers Vincent Bioulès et Pat Andrea).
Anastassia Bordeau a ce regard qui refuse la banalisation  née de la routine, la myopie que déclenche l’habitus, ou dit plus simplement l’habitude. C’est pourquoi ses scènes sont souvent nocturnes. Ou  montrent des espaces qui par leur unicité, semblent des espaces clos.
Car la nuit  est le temps où la logique se relâche ou s’absente, où l’imagination court après le rêve, où l’impossible se fragilise, où les contraires se rencontrent en des histoires improbables, où se dévoilent la profondeur du sens. Et l’espace clos, parce qu’il est comme la nuit coupé du monde, formant en soi un univers.
Ces tableaux sont centrées sur l’action qui s’accomplie. Action bénigne, anecdote. Mais dans laquelle se mêlent pleinement  la jouissance et l’inquiétude de vivre. Dans le temps indéterminé  de l’attente, qui est, on le sait,  un élan suspendu à la question du pourquoi, ou du vers où, je vais.
Les références aux enseignements de la peinture moderne, à celle d’Hopper en priorité,  ou même à des regards surréalistes dans ce qu’ils sollicitent l’imaginaire et suggèrent d’émotions en deçà et au-delà des images, voire à Duchamp, sont  des citations volontaires qui, alliées souvent à une discrète dimension d’humour, permettent à l’artiste d’inscrire sa démarche dans une continuité.
Depuis une dizaine d’années,  Anastassia Bordeau alterne et entrecroise dans sa peinture: espaces nocturnes urbains, espaces quasi fermés le plus souvent souterrains (dans les deux cas principalement lieux de circulation) ; nus ou corps déshabillés en relation ou non avec l’imagerie publicitaire. Par Jean-Paul Blanchet.

 

Découvrir