Les meilleurs artistes de la scène française

Trophées

Sylvie Fajfrowska

25 000 €

Année : 2008

Génération d'artistes : Nés dans les années 60

Catégorie : Peinture

Technique : Colle et cire sur toile

Dimension : 300 cm x 300 cm

Sylvie Fajfrowska part de rien pour faire le tour de tout. Dans un premier temps, elle consulte sa mémoire comme un répertoire et épuise ses sujets les uns après les autres, les efface, les recouvre pour conserver celui qui va s’imposer, figuratif ou abstrait, auquel elle va suggérer la rencontre d’une autre forme, qui par opposition provoquera une vibration, une décharge, un mariage. Une stratégie de l’improbable. Sa peinture vibre, fascine, circule par d’habiles combinaisons qui surgissent sans effet de hasard. Ses sujets finissent par échapper au registre de la représentation avec ses personnages d’apparence figés comme des instantanés et ses références architecturales parfois d’une instabilité provocante. Sa peinture nous apparaît comme suspendue, en équilibre et sous une apparente dureté s’offre à nous un subtil mélange de délicatesse et de raffinement. François Pourtaud, 2013

Pour obtenir plus d'informations ou être mis en relation avec le propriétaire de cette œuvre, il vous suffit de nous contacter. Contactez-nous

Sylvie Fajfrowska

Sylvie Fajfrowska

Sylvie Fajfrowska est diplômée de l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris. Elle vit et travaille à Paris, et enseigne à l'ESADMM (Ecole Supérieure d'Art et de Design Marseille-Méditérranée).

Sylvie Fajfrowska part de rien pour faire le tour de tout. Dans un premier temps, elle consulte sa mémoire comme un répertoire et épuise ses sujets les uns après les autres, les efface, les recouvre pour conserver celui qui va s’imposer, figuratif ou abstrait, auquel elle va suggérer la rencontre d’une autre forme, qui par opposition provoquera une vibration, une décharge, un mariage. Une stratégie de l’improbable. Sa peinture vibre, fascine, circule par d’habiles combinaisons qui surgissent sans effet de hasard. Ses sujets finissent par échapper au registre de la représentation avec ses personnages d’apparence figés comme des instantanés et ses références architecturales parfois d’une instabilité provocante. Sa peinture nous apparaît comme suspendue, en équilibre et sous une apparente dureté s’offre à nous un subtil mélange de délicatesse et de raffinement. François Pourtaud, 2013

 

Expositions
2015 / Les Cahiers dessinés / La Halle Saint-Pierre, Paris
2014 / Enigme au club de la compagnie, Exposition collective / Centre d'art Le Lait, Albi
2013 / Au plus près , le 19, Centre d’art contemporain, Exposition personnelle / Montbéliard
2013 / La hiérarchie des genres, Exposition collective / Espace Camille Lambert, Juvisy
Découvrez le reste de la collection